A la découverte du Musée National de Corée

Comme vous le savez peut être, j’ai fait des études d’histoire. Donc, vous imaginez bien que lorsque j’entends parler d’un « musée national », je ne peux m’empêcher d’aller y faire un tour. Et je dois vous avouer que ce musée a – en partie – comblé mes attentes.

Musée, pourquoi êtes-vous si grand ?
C’est pour mieux te contenter mon enfant !

Alors, d’accord, il ne fait tout de même pas la taille du Louvre. Mais je pense qu’on ne peut pas le comparer à ce monument (monument – musée – humour… Ok, je sors) qu’est le Louvre et ses célébrités. Mais il serait le 6e plus grand musée au monde, ce qui n’est pas rien !

img_001001004001

Quand je vous dis qu’il est grand !

L’accès depuis le métro est assez simple. Il faut prendre la ligne 4 (en bleu clair sur tous les plans) et s’arrêter à Ichon (이촌). De là, il faut suivre les indications et le musée possède sa propre sortie, assez longue mais très agréable.

Une fois sortie du métro, vous vous retrouvez en face d’un très grand parc, tout simplement parce que le musée a été construit dans le parc familial Yongsan. Et je vous conseille sincèrement de vous y promener et d’y pique-niquer. Vous y verrez des enfants visitant les différents musées, des adjummas qui discutent ensembles, etc.

 Après avoir profiter du parc, direction le premier musée !

Ode à l’alphabet !

Les Coréens sont très fiers de leur alphabet si particulier, le hangeul (한글) qui fut créer de toute pièce par le roi de la dynastie Joseon Sejong le Grand (1397-1418-1451) qui trouvait l’alphabet chinois alors utilisé peu adapté à la langue coréenne.
On dit qu’il le créa seul, ce que de nombreux lettrés lui reprochèrent. Malheureusement, alors que le hangeul fut mis en place en 1443, il fut interdit dès 1504 par le roi Yeonsangun (연산군) après qu’il fut moqué et ridiculisé par un texte en hangeul. L’alphabet coréen ne survécut alors que grâce aux femmes et aux sujets non éduqués, et fut très longtemps méprisé.

Korean Herald

Musée National du Hangeul

La collection permanente se divise en 3 parties (je vous traduis une partie du dépliant en anglais du musée) :

Partie 1 : La Création du Hangeul
Le Hangeul a été créé en 1443. Bien que le Hangeul a été inventé il y a environ 500 ans, le principe derrière cette invention reste encore adapté dans la perspective des principes linguistiques modernes. le Hangeul est la première écriture qui distingue le son initial, médian et final d’une syllabe. De plus, le Hangeul conserve le principe scientifique dans lequel les consonnes et voyelles qui sont similaires dans leurs prononciations ressemble à l’autre dans leurs formes.
Le Hangeul est l’alphabet qui rend le mieux la langue coréenne. En outre, pour sa créativité et sa valeur scientifique, le Hangeul est hautement considéré par tous les linguistes autour du monde.

Partie 2 : Facilement Appris et Commodément Utilisé
Le Hangeul apporta de nombreux changements dans les niveaux sociaux et culturels de Joseon. Comme le peuple commun de Joseon commença à facilement apprendre et utiliser le Hangeul, plus de personnes pouvaient recevoir et partager l’information. Ainsi, le Hangeul s’est rapidement propagé dans les champs de l’éducation, de la religion de l’art de la vie quotidienne. Le Hangeul, qui est devenu la langue écrite commune depuis la dernière dynastie Joseon, passe par un autre changement dans sa transmission lors de la modernisation du XIXe siècle. Durant le XIXe siècle, les techniques d’impression modernes ont promu la production de masse de journaux, magasines, romans, etc. et par conséquent la rapide diffusion du Hangeul auprès du public. De plus, la transcription mécanique du Hangeul depuis le XXe siècle a étendu la capacité du Hangeul d’un alphabet à une ressource pour l’enrichissement culturel de la Corée.

Partie 3 : La Globalisation du Hangeul
En 1894, le Hangeul a été officiellement établi comme l’écriture nationale de Joseon. Cependant, les Japonais ont envahi le Corée en 1910 et ont interdit l’utilisation de la langue coréenne et du Hangeul. Néanmoins, les linguistes coréens ont persévéré dans leurs recherches sur le Hangeul. Résultat, le premier dictionnaire coréen, Malmoi, et le premier dictionnaire intégral de la langue coréenne, Joseonmal Keunsajeon, ont été publiés. Au delà de sa capacité fonctionnelle comme moyen de communication, le Hangeul, de nos jours, est apprécié dans des genres artistiques variés pour son attrait esthétique et est très considéré comme un alphabet convenant à l’ère numérique.

 Sincèrement, ce musée est très intéressant si on est quelque peu intéressé par la langue coréenne. Mais (et vous verrez, il y a souvent des « mais » à propos des musées coréens) il est loin d’être parfait. En effet, cette ode au hangeul est quasi réservée aux Coréens puisque les textes en anglais ne sont pas très présents. Mais il y a de nombreux sons, dont des chansons en coréen, ce qui est très joli. La scénographie est magnifique et très moderne (il faut dire que le musée est ouvert depuis octobre 2014 seulement).
Et pour ne rien gâcher, le musée est gratuit.

Informations

Horaires : Mardi-Jeudi-Vendredi : 9h-18h // Mercredi-Samedi : 9h-21h //
Dimanche et jours fériés : 9h-19h // Fermé le lundi et le 1er janvier
Gratuit !
Musée national du Hangeul

Le 리히텐슈타인 ? Liechtenstein ?

Après avoir – essayé – d’avoir bien appris ma leçon de Hangeul, je me suis rendue vers l’exposition temporaire du musée, qui a le droit à son aile personnelle. Et elle valait sincèrement le coup !

Paintings, sculptures and objetcs of the Prince of Liechtenstein, Rubens and other masters

51e50a4cc171ea7ddcfd907ebe7b522f

Portrait de Maria Serena Rubens, fille du peintre, prêtée par le Musée Liechtenstein de Vienne

En fait, l’exposition a été montée avec la collection des Princes de Liechtenstein et a mis de nombreuses toiles allant de la Renaissance au XIXe siècle, en particulier des Rembrandt et autres peintes flamands et hollandais de la même époque. Si quelqu’un pouvait me dire comment le musée a réussi à monter une telle exposition temporaire, je suis preneuse. Je n’ai malheureusement aucune photo de cette exposition puisque cela était interdit.

Cette exposition a été la seule qui était un peu « cher », ou du moins dont le prix d’entrée était dans les codes occidentaux. Ainsi, il m’en a coûté 13000 wons. L’exposition a pris fin le 10 avril (donc je l’ai vu pendant ses derniers jours).

Mais je pense que les futures expositions vaudront également leur pesant de cacahuètes ==> c’est par ici

A la découverte de la Corée et du reste de l’Asie

Une fois les préliminaires passés, je m’attaque au gros morceau ! Déjà, j’ai dû revenir le lendemain matin pour terminer les étages 2 et 3.Museum of Korea Ichun (10)

Déjà, cette partie se divise en 3 niveaux :
– Le rez-de-chaussée (1st floor) est consacré à l’histoire de la Corée de la période paléolithique au la période de Silla (Ier siècle après J-C – Xe siècle après J-C) puis, dans un second espace, des époques médiévales et modernes (les ères Goryeo et Joseon).- Le 1er étage (2nd floor) se divise entre les donations privées et les calligraphies et peintures (c’est l’étage que j’ai passé le plus vite).
– Le 2e étage (3rd floor) a pour thèmes les arts asiatiques, des arts et de l’artisanat.

Plutôt que de vous décrire les collections (qui sont énormes) et au vu de mes études (Master pro Métiers du Patrimoine), je vais plutôt vous parler des aspects positifs et négatifs que j’ai ressenti en visitant le musée.

 

Pour les points positifs :
Les musées coréens – et celui là en particulier – sont particulièrement ludiques. Ils cherchent vraiment à nous faire entrer dans l’Histoire et dans l’histoire des objets. J’ai particulièrement aimé les écrans tactiles avec lesquels on peut zoomer sur un objet en particulier, le retourner dans tous les sens, regarder des détails avec attention, ce qui est clairement impossible dans « la vraie vie » puisque le tourner, retourner, re-retourner comme je l’ai fait et d’autres avant moi provoquerait la disparition d’un objet précieux en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. C’est sincèrement extra.

J’ai également apprécié l’explication des strates archéologiques à l’entrée du musée. Ce n’est pourtant pas toujours simple à comprendre comment on peut dater différents objets de différentes périodes sur le même site. Et vu que le rez-de-chaussée très énormément de l’archéologie, c’est bien de poser les bases dès le début.

Museum of Korea Ichun (19)

Voilà comment se présente les différentes strates d’un sol archéologique

Le musée présente également des objets anciens, partiellement reconstruits ou avec un faux reconstruit juste à côté afin d’avoir une très bonne visualisation de ce que devait être cet objet/personne.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 Le dernier étage est un bonheur absolu ! Il traite des autres cultures asiatiques tels que la Chine, le Japon, l’Inde, le Sud-Est asiatique, etc… avec des pièces extraordinaires ! J’y passerais encore des heures à découvrir de nouveaux détails sur des pièces venant du Japon, du Vietnam, d’Ouzbekistan… Bref, plein de love <3<3<3<3<3<3 Et en particulier sur la première partie qui traite de l’Inde et de l’Asie du Sud-Est et qui met en avant un pan de l’histoire extrêmement méconnu mais que me fait rêver : les royaumes grecques de Bactriane ! Ils présentent ainsi des pièces aux influences grecques/centre-asiatiques/indiennes dans le même temps.

Pour les points négatifs :
Ce sont les mêmes que la plupart des musées coréens. Alors, ils sont extrêmement doués pour nous dire où et quand les pièces ont été excavées, mais nous dire de quelle période elles datent… Hahahahahaha !

Alors, ils ont excavé ça en 2006-2007 à Ansa, et ça date de Silla ou du Néolitique, je ne sais plus, et ce n’est pas marqué oo’

Quand je suis tombée sur des pièces datant « du paléolitique », cela signifiait que ça datait d’entre -90 000 et -8 000. Pour le « néolithique », c’est entre -8 000 et le 1er siècle de notre ère, car ils y englobent aussi l’âge du bronze et du fer… Voilà, voilà. J’ai au mieux une plage de 8000ans pour me faire une idée…

Si vous souhaitez comprendre l’histoire de la Corée, ce n’est pas non plus l’endroit adapté. Déjà parce que c’est surtout un musée archéologique, mais aussi que les Coréens ont un petit problème avec l’Histoire. Mais on en reparlera plus tard.

Les répliques qui ne sont pas indiquées comme des répliques ! Pour moi, c’est le gros point noir (tellement gros que c’est en noir). Bon, alors, pour commencer, je suis complètement d’accord avec le fait que – parfois – les originaux ne peuvent être exposés, pour tout un tas de raison. En particulier quand ce sont des objets anciens en bois qui ont été conservés par quelques miracles de la nature (le bois, les vêtements et le papier sont extrêmement compliqués à conserver et à présenter aux publics dans de bonnes conditions). Mais quand un objet en bois datant du néolithique a l’air plus frais que moi, je cries à l’usurpation !
Et le pire, c’est que -quelques fois – c’est écrit « Replica ». Alors pourquoi pas à chaque fois? On va pas me faire croire qu’un objet en bois du Néolithique est présenté au public alors qu’il a l’air plus frais que moi (sous jet-lag et aux prises avec la pollution de Séoul, il faut tout de même l’avouer) !

Malgré ces défauts, allez visiter le musée national de Corée. Déjà parce que c’est gratuit, c’est magnifique, et que vous découvrirez des choses inconnues. Et je vous conseille un tour sur leur site internet, très bien fait (avec même un PDF en français, on fait la ola pour la musée 😉 Et leurs expositions temporaires à venir ont l’air très intéressantes. On en entendra de plus en plus parler du Musée National de Corée

Publicités

Une réflexion sur “A la découverte du Musée National de Corée

  1. Ping: Derrière l’oeuvre : le Bouddha-Apollon et le Gandhara | Les tribulations de Mana

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s